Le plasticien Claude Lévêque investit le LiFE de Saint-Nazaire

Dans l’alvéole 14 de la base sous-marine de Saint-Nazaire, l’artiste plasticien Claude Lévêque s’approprie l’espace du LiFE avec son exposition Human Fly jusqu’au 29 septembre 2019

Le centre d’art contemporain Le Grand Café développe un programme hors les murs en collaboration avec le LiFE depuis 2009. Lieu de création unique, le LiFE est installé depuis 2007 dans un abri destiné aux sous-marins de combat. Etroitement lié au projet de reconversion urbaine et la reconquête du port, ses volumes hors-normes se prêtent à des installations artistiques d’envergure internationale. Cette année, Claude Lévêque est invité à investir ce lieu monumental.

 

Artiste majeur de la scène artistique contemporaine, Claude Lévêque est invité au Louvre, au théâtre de l’Odéon, à l’Opéra Garnier... Il nourrit son œuvre d’expérimentations à travers des matériaux en mutation et les sens impactés par un nouvel environnement. Longtemps inspiré par la musique punk, il se simplifie aujourd’hui et se recentre sur la lumière comme un vecteur de transformation et de métamorphose. Internationalement reconnu, il rejette le terme de carrière. Celui qui  aime à penser que l’art ne sert à rien  ne prétend pas apporter la bonne parole. L’agacement( plus que la provocation où on l’a longtemps cantonné) l’inspire et il aime bousculer les conventions pour interroger la marge.

 

Le titre de l’exposition est inspiré d’une chanson du groupe de rock américain The Cramps et fait référence à la mouche. Avec sa vision à 180 degrés, l’insecte est capable de percevoir 10 fois plus d’images par seconde que l’oeil humain. Le plasticien propose une installation immersive où les visions sonores et visuelles vont déstabiliser le spectateur. On ne peut imaginer opposition plus flagrante que la mouche lilliputienne en regard des mastodontes d' acier qui ont reposé dans cette cache stratégique.

 

Sept grands bouquets de tubes en inox apparaissent et disparaissent sous les assauts des lumières stroboscopiques qui crépitent, éclatent dans l’obscurité de l’antre. Le son artisanal évoque la mitraille, le roulement de tambour, le crépitement. A chacun d’interpréter ces flashs intermittents et obsessionnels saturés par une onde sonore stridulante. Les sens sont mis à rude épreuve entre aveuglement et éblouissement. L’obscurité rejoint la lumière, les oppositions sont dépassées et l’artiste brouille les pistes. Désorientés comme la mouche hystérique prisonnière d’un espace clos, nous sommes aussi aveuglés par l'éclair des armes d’une guerre proche mais mystérieuse. Tendue entre rêve et terreur, la création du plasticien désoriente et hypnotise.

La ville de Saint-Nazaire, qui vient de monter sur la deuxième marche du podium des villes les plus attractives dans le classement du Point, peut s’enorgueillir de cette exposition qui fait mouche !

Photo : Claude Lévêque

 

A lire aussi :

-Saint-Nazaire en deuxième position des agglomérations de moins de 250.000 habitants dans le classement du Point

-Le Grand Café de Saint-Nazaire vient d’être labellisé centre d’art contemporain d’intérêt national

-Smart Living ouvre ses portes à Saint-Nazaire

 

la solution logement à Saint-Nazaire

La résidence hôtelière Smartappart est une alternative économique à l'hôtel. Ses 31 appartements meublés et connectés, du studio au deux pièces,  sont une formule conviviale qui peut s'adapter à tout type de séjour. Les tarifs sont dégressifs à partir de deux nuits.