Le Saphir, sous-marin nucléaire français, sera démantelé à Cherbourg

C’est le deuxième de la série des six sous-marins nucléaires d’attaque français. De classe Rubis, ce bijou de technologie dépose les armes après 35 années de bons et loyaux services.

 

Le S.N.A. Saphir, immatriculation 602, revient aux sources. Le sous-marin nucléaire d’attaque construit à Cherbourg en 1979 entreprend son dernier voyage. Parti le 21 juin de Toulon, il a accosté le 3 juillet dans le port militaire du Cotentin. Naval Group annonce qu'il sera dénucléarisé avant d’être déconstruit ce qui est une première pour un sous-marin de sa classe. Avec le processus de renouvellement des sous-marins nucléaires, les Barracudas sont sur les dents, prêts à prendre la relève de l’ancienne génération des S.N.A. Sans perdre de temps, le Suffren, le premier des nouveaux sous-marins nucléaires d'attaque, sera mis à l'eau cet été.

 

Lors de son armement entre 82 et 84, le Saphir était attendu comme le loup blanc. Les sous-marins classiques poussifs, peu discrets ni autonomes, ont fait leur temps. Le nucléaire modernise la propulsion diesel-électrique et celui qu’on appelle « le chien courant »va bien remplir sa mission. Avec les S.N.L.E. (sous-marins nucléaires lanceurs d’engins) et les S.N.A, l’armée dispose enfin d’un arsenal offensif pour conduire la guerre marine, à l’instar des Américains et des Russes.

 

Etats de service irréprochables ! Capable de naviguer 220 jours/an, le Saphir a passé 13 ans sous l’eau. Avec ses deux équipages de 75 hommes, il a parcouru six fois la distance de la terre à la lune et n’a jamais failli à sa mission. Il lance les premiers missiles Exocet et teste les appareils de détection de la nouvelle flotte. En 2012, il est décoré avec son équipage pour avoir participé à l’opération Harmattan pendant la guerre de Libye.

 

La flotte des Rubis avait été conçue pour naviguer 25 ans. Elle a largement dépassé ses objectifs et le Saphir peut être relevé de ses fonctions. Il faudra d’abord retirer son coeur nucléaire et le démantèlement suivra un protocole long et  rigoureux. En quittant la marine marchande pour rejoindre la Direction Générale de l’Armement, il pourra se la couler douce avec Le Redoutable, fleuron incontesté de la Cité de la Mer.

Photo : Wikimedia Commons

A lire aussi :

-Cherbourg prend la tête de la région Normandie dans le palmarès du Hors-Série Le Point sur les villes les plus attractives de France

-Au printemps 2019, La Cité de la Mer de Cherbourg nous invite à plonger dans son nouvel espace, l’Océan du futur

-Du 25 mai au 1er septembre 2019, Cherbourg fête le dessinateur américain Jack Kirby pour sa 9ème biennale du 9ème art

La solution logement à Cherbourg

La résidence hôtelière Smartappart est une alternative économique à l'hôtel. Ses appartements meublés et connectés, studio, chambre, loft, appartement, proposent une formule conviviale et s'adaptent à tout type de séjour, de courte, moyenne ou longue durée.